• Bas de page
  • Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Pôle Sciences > Une belle surprise au bassin !
    Publié : 6 septembre 2019

    Une belle surprise au bassin !

    Au premier coup d’épuisette dans le bassin et dans le but de chercher des chironomes (vers de vase) pour des travaux pratiques de troisièmes, je suis tombée sur une belle surprise.
    C’est un triton, car sa queue est plate et non arrondie comme les salamandres. L’individu appartient probablement à l’espèce « Triton vulgaire ». Il est encore une larve et je n’ai pas observé les œufs, ce qui rend la détermination difficile.
    On peut voir ses branchies flotter, car le beau n’a pas terminé sa métamorphose. Celle-ci finie, vers le mois d’octobre, il sortira des eaux après avoir acquis sa respiration pulmonaire, il se mettra à l’abri sous des feuilles mortes ou une fente du vieux mur afin d’hiberner. Puis au bout de trois ans, en mars, sa croissance terminée et ayant acquis la maturité sexuelle, il se reproduira dans le bassin.
    L’extrémité rouge de ses branchies indique du sang qui s’oxygène au contact de l’eau et élimine le dioxyde de carbone dans l’eau. C’est la respiration.
    Après l’avoir pris en photo, mais pas sans avoir précautionneusement lavé mes mains avec l’eau du bassin (si, si ! ), pour ne pas lui transmettre mes microbes humains que j’ai sur ma peau et qui pourraient le tuer, je l’ai remis doucement à l’eau.
    Dommage pour les chironomes, il n’y en a pas un, il les a certainement tous mangés, c’est que monsieur est prédateur ! Depuis toujours, le prédateur le plus élevé dans la chaîne alimentaire du bassin était la larve de libellule. A présent, un degré de la pyramide a été franchi avec le triton. A quand une cigogne chère à mon coeur ou un héron ? :-)
    Comme quoi, lorsque l’on entretient son jardin au naturel, avec une grande variété de milieux, on peut améliorer la biodiversité et faire de belles observations.
    Un grand merci aux élèves qui ont donné leurs mercredis après-midis l’an passé, pour remettre cet espace en état.
    Sophie Klein.